Elles ont changé l’histoire : Marie Curie, la 1ère femme a obtenir un prix Nobel

marie curie

Maria Salomea Sklodowska est née à Varsovie le 7 novembre 1867. Suite aux décès consécutifs de sa mère et de sa sœur, elle se réfugie dans les études. Elle est douée, même brillante et veut à son tour enseigner les sciences. Mais à cette époque, de telles études sont interdites aux femmes. En 1891, elle part pour Pais et débute des études de physique au sein de la Faculté des Sciences où elle fait partie des 23 femmes inscrites. Elle excelle aux examens et termine première de sa promotion et   obtient sa licence en mathématiques.

En 1894, elle rencontre Pierre Curie, chercheur dans l’étude du magnétisme. Ils se marient en juillet 1895. Elle se nomme alors « Marie Curie » et entame une thèse sur l’étude des rayonnements produits par l’uranium. Son mari abandonne alors ses propres recherches pour rejoindre son épouse sur l’approfondissement des travaux d’Henri Becquerel sur la radioactivité. En 1898, Marie et Pierre Curie découvrent le polonium et le radium, respectivement 400 et 900 fois plus puissants que l’uranium. Ils reçoivent le prix Nobel de Physique en 1903 en partage avec Henri Becquerel.

Elle est alors la première femme à obtenir un prix Nobel.

Après le décès de son mari en 1906, Marie Curie, profondément anéantie, n’arrête pas pour autant ses recherches et redouble même de persévérance. Elle est alors la première femme française directrice d’un laboratoire universitaire. Dans sa passion pour la physique il y aussi sa bataille pour la reconnaissance des femmes. Ainsi, elle favorise la candidature de femmes chercheuses ou étudiantes. Elle est appelée pour remplacer son mari à la Sorbonne et devient à nouveau une « 1ère femme à » car c’est la seule et première femme à enseigner dans cette université.

En 1911, l’opinion publique se lâche face à l’ « Affaire Langevin » où elle est accusée de mener une liaison avec Paul Langevin, un homme marié. Elle reçoit malgré tout un second prix Nobel de Chimie pour ses travaux. La presse française encore très conservatrice ne fera pas figure de ce prix.

Double prix Nobel, enseignement à la Sorbonne, Marie Curie ne s’arrête pas là. En 1914, elle fonde un institut consacré à la recherche contre le cancer. Pendant la guerre, elle apporte son aide instaurant des procédures de prise en charge en urgence des blessés sous la forme d’ambulances radiologiques surnommées les « petites Curie ».

Ce sont finalement ses recherches qui la rendent malade. Le radium a des effets dramatiques su son état de santé. Marie Curie continuera son/ses combat(s) jusqu’à son dernier souffle. En 1934 elle décède des suites de sa maladie. D’abord inhumée à Sceau, ses cendres sont transférées au Panthéon en 1995. Elle demeure à ce jour la seule femme honorée là-bas.

Partager cet article sur :